F3 planeurs

Cette Commission technique prend en charge les catégories suivantes de la FAI :

RuediSchaubF3B
Un modèle de F3B doit répondre à plusieurs exigences : d’excellentes performances de vol au départ, un taux de descente minimal dans les courses d’endurance, et le moins de traînée aérodynamique possible en vol de vitesse. Les envergures se situent entre 2.9m et 3.1m. Le poids à vide se situe entre 2kg et 2.2kg, et peut être augmenté à 3.6-4kg à l’aide de ballast.

Afin d’avoir le meilleur rendement en l’air, tous les composants sont fabriqués exclusivement en fibre de carbone dans des moules négatifs, et les longerons d’ailes sont principalement laminés à partir de fibres UHM (Ultra-haut module).

La conception et la construction sont si difficiles que seuls quelques pilotes construisent leurs modèles eux-mêmes.

Il y a différents fabricants, principalement en République Tchèque, Slovaquie et Allemagne, où les meilleurs modèles peuvent avoir un délai de livraison d’un an.

Auch_deswegen.jpg

F3F
Cette catégorie est celle de la vitesse à la pente.

Les modèles sont presque identiques à ceux de la catégorie F3B, mais le plus souvent avec une plus petite envergure (2.7 à 2.9m), et ils sont souvent mesurés sur un parcours de 100m (qu’ils parcourent 9x par manche).

Il faudrait que le vent souffle contre la pente avec une vitesse si possible supérieure à 3m/s, car si il était insuffisant la course ne serait pas valide.

Mais parce que le vent est imprévisible et inconstant, surtout dans nos montagnes, cette catégorie n’a pas été pratiquée en Suisse. Nous avons des règlements de remplacement pour les compétitions de pente qui fournissent habituellement un point de départ surélevé. Selon les cas, l’exercice est transformé en un concours de durée avec atterrissage de précision, ou d’un vol triangulaire qui doit être parcouru le plus de fois possible. Pour ce dernier exercice, les participants sont évalués en plusieurs fois, pour compenser les caprices de la météo.

F3J
Ces modèles sont avant tout optimisés pour une finesse maximale. Compte tenu du démarrage rapide qui se fait avec 2 personnes, le modèle doit aussi être conçu pour être solide et rigide, il a donc une structure similaire aux modèles de F3B. toutefois, les profils utilisés sont plus minces, pour améliorer les performances de vol. Avec ces modèles, on peut atteindre des courants thermiques éloignés et le ramener ensuite sur le site d’atterrissage malgré des vents forts.

Les envergures s’étendent entre 3.2 et 3.7m, même si les modèles ne pèsent que 2kg environ. Dans le fort vent, on peut ajouter un ballast, généralement moins de 0.5 kg.

Comme l’atterrissage doit se faire le plus précisément possible, les modèles ont des aérofreins efficaces qui peuvent plaquer le modèle au sol sur une courte distance.
Ici aussi, les modèles sont pour la plupart fabriqués en République tchèque et en Slovaquie.

F3K
Cette catégorie de planeurs lancés main a connu un essor important ces dernières années, surtout à l’étranger.
Ici, il faut lancer le plus haut possible, à la main, des planeurs d’une envergure maximale de 1.52m  et un poids à vide de 210 à 350g, puis atterrir au moment opportun.

Au début, les techniques ressemblaient à celles de lancer de javelot. Une nouvelle technique de lancer, plus proche de celle de lancer de disque, révolutionna le F3K. Avec cette nouvelle technique on atteint de plus grandes hauteurs (jusqu’à 70m). Pour cela, le modèle est lancé en tenant avec deux doigts la pointe de l’aile, où un axe en carbone est fixé, accéléré par une rotation du corps du lanceur.

Ici aussi, les modèles sont principalement construits en carbone à l’aide de moules négatifs, et leur évolution a été forte ces dernières années.

Site de la commission technique